Chine

Chine

Perayu à Hangzhou

Par perayu
Perayu à Hangzhou

D'une université à l'autre, Perayu partage le quotidien des étudiants et découvre la beauté d'une ville qui semble vraiment pleine de charmes...

On se laisse entraîner par les jeunes finlandaises croisées dans le train, qui nous mènent sur leur campus de l'université du Zhejiang. Des dortoirs réservés aux étudiants étrangers sont libres et on nous accepte en tant qu'occupants temporaires moyennant une petite contribution. On a prévu de rester une dizaine de jours à Hangzhou et on doit y rencontrer des copines italiennes d'Eric qu'il a connues à l'INALCO et qui passent ici une année à approfondir leur Chinois. Les premiers jours sont passés à découvrir la ville, les anciens quartiers proches du magnifique lac de l'Ouest que surplombe la colline de Yuelun et ses pagodes. Les belles journées de fin d'été sont propices aux promenades à pied ou à vélo et la ville, ses habitants et sa gastronomie, se dévoilent chaque jour un peu plus à nous. Après quatre jours à l'université de Zheda, nous déménageons dans les locaux de l'université de Hangda, plus pratique car plus proche du centre. C'est là que nos amies italiennes étudient. Les repas du soir sont pris dans des petites gargotes à l'arrière de notre nouvelle université, un coin fréquenté par les étudiants curieux de converser avec des étrangers. Après quelques jours, on commence à nous connaître sur le campus. Qui nous invite à une partie de badminton, d'autres nous convient à la grande soirée du samedi. Nous nous y rendons volontiers. Elle se déroule dans un gymnase. La piste de danse est vide. De chaque côté est disposée une rangée de chaises. A droite les filles, à gauche les garçons. Quand la musique part, tous se lèvent, dansent puis se rassoient chacun dans son coin, aussitôt que les dernières notes sont jouées. On s'ennuie ferme malgré quelques jeunes qui nous accostent pour causer un peu. A 22 heures, l'extinction des feux sonne comme une délivrance.


Le plus amusant sur le campus est la gymnastique matinale en musique et rangs d'oignons au pied des bâtiments où pend, à chaque fenêtre, le linge mis à sécher. Les occidentaux sont fort heureusement exemptés.
Le 16 novembre, on sort les vélos pour se rendre dans les plantations de thé de l'autre côté du lac. Hélas, il se met à pleuvoir. On rebrousse chemin après quelques kilomètres.

Le dernier jour à Hangzhou est consacré à l'achat de nos billets de train pour notre prochaine destination: Guilin. On souhaite des couchettes dures mais on refuse de nous en vendre: depuis Hangzhou, les étrangers doivent voyager en couchettes molles. Mauvais coup pour notre budget.

Le départ est poignant. Nous avons pu vérifier que les mots de Chaoying, poète de la dynastie Yuan étaient vrais : "au ciel il y a le paradis, sur terre il y a Hangzhou". Nous quittons la ville et nos amies italiennes le coeur serré. Nous avons passé des moments magiques à Hangzhou, à tel point qu'Eric y retournera quelques mois plus tard et y restera deux ans. Un jour, alors qu'il était sur le campus de Hangda, un étudiant qu'il n'avait a priori jamais vu, l'aborde et lui demande où est passé le petit gars qui l'accompagnait l'année précédente...

Commentez cet article

Carte du pays

Drapeau

Chine

Mises à jour des trippers









































Chine

J'ai également visité ce pays

Photos : Chine

ENTREZ dans la communauté Tripper Tips EN 3 ÉTAPES !